Carnet

04 novembre 2022
Charles Avias

Décès - SMLH 07. Disparition du Lieutenant-colonel Charles Avias

Hommage au Lieutenant-colonel Charles AVIAS 1931-2022

Charles Avias est né le 12 janvier 1931 à Nice. Fils de gendarme, il a vécu les premières années de sa vie en caserne. A 12 ans, au beau milieu de la seconde guerre mondiale, il intègre l’école militaire préparatoire d’Epinal alors repliée à Montélimar. Il y vivra des moments difficiles dans la France occupée, loin de sa famille.

En 1949, à 18 ans à l’issue de sa formation d’un an à Autun, il est affecté au 27ème bataillon de chasseurs alpins d’Annecy. Désireux de progresser au sein de l’institution, il intègre en 1950 l’école militaire de Strasbourg pour y préparer le concours d’entrée à l’Ecole Spéciale Militaire InterArmes de Saint Cyr Coëtquidan afin de devenir officier. Malgré tous ses efforts il n’est pas retenu et il retourne dans son unité à Annecy.

En 1952, au milieu de la guerre d’Indochine, il est affecté pour un séjour de 27 mois en extrême orient. Il débarque ainsi à Saïgon le 4 avril 1952 après trois semaines en mer. Il est affecté au 1er bataillon du 21ème régiment d’infanterie coloniale (qui deviendra quelques mois plus tard le 71ème bataillon vietnamien) à Haïphong. Il est rapidement déployé sur le territoire dans le nord Vietnam et prend le commandement de la section de mortiers du bataillon. Jeune sergent, seul français, il encadre sa section composée d’une quarantaine d’hommes autochtones et chinois qui ne parlent pas tous français. Jusqu’à la fin du conflit il participe à de nombreuses opérations et se voit attribuer la croix de guerre des théâtres d’opération avec citation et étoile de bronze en novembre 1953. A la fin du conflit, il quitte l’Indochine le 04 juillet 1954.

Il rejoint Strasbourg où il est autorisé à préparer à nouveau le concours pour intégrer l’ESMIA. Les 27 mois passés en Indochine dans un environnement hostile n’ont certainement pas été très propices à une bonne préparation et malgré son admissibilité au concours, il ne sera pas retenu.

En 1955 il est alors affecté au 2ème régiment de dragons à Sigmaringen. Un an plus tard il est affecté au Maroc au sein du 5ème groupe de chasseurs à pied. Il y sera chef de peloton de jeeps de reconnaissance dans le désert de Guercif dans la région d’Ataourirt où il accomplira de nombreuses missions.

En 1957 il réussit le concours d’entrée à l’ESMIA et accède ainsi à l’épaulette au sein de la promotion Laperrine.

A sa sortie de l’école d’officiers de Saint Cyr Cöetquidan, où il a choisi de servir au sein de l’infanterie, il passe son brevet de parachutiste. En 1959, il est affecté en Algérie au sein du 19ème bataillon de chasseurs à pied du 10ème régiment de marche à Bou Hanifia, proche de Mascara. Au cours de ce séjour il rejoindra le 158ème bataillon d’infanterie. Il sera engagé à de nombreuses reprises dans des opérations et sera cité 4 fois pour ses actions d’éclat sous le feu de l’ennemi. Il quitte l’Algérie le 15 septembre 1961 pour rejoindre l’école militaire de Strasbourg cette fois-ci comme cadre.

Au sein de l’école il prend le commandement d’une brigade dont il formera les élèves dans l’optique de réussir le concours d’entrée à l’ESMIA. Ses connaissances de terrain, de commandement et d’engagement opérationnel sont autant d’atouts qu’il peut partager avec les jeunes sous-officiers aspirant à devenir officiers. Il est promu capitaine en juillet 1964.

En 1965 rejoint le 152ème régiment d’infanterie à Colmar où il est affecté au bureau instruction. Il fait là aussi profiter aux plus jeunes de ses connaissances et de ses qualités acquises durant les deux conflits auxquels il a activement participé.

En 1966 il est nommé chevalier de la Légion d’Honneur.

Pour la suite de sa carrière, le capitaine Avias va être désormais orienté vers des tâches administratives, bien éloignées de sa vie opérationnelle. Il est nommé chef de bataillon (commandant) en juillet 1974. En 1975 il est affecté en Allemagne au 129ème régiment d’infanterie à Constance sur un poste d’administratif. Il décide alors de quitter le service actif en 1977.

Il se retire à Wintzenheim, proche de Colmar. Il continuera à servir la France au travers d’un contrat de réserviste auprès du délégué militaire départemental du Haut Rhin à Colmar. Il sera promu Lieutenant-colonel dans la réserve en octobre 1985 et définitivement rayé des contrôles en avril 1986.

En 1984 il décide de se rapprocher de la terre de ses ancêtres pour être au plus proche de sa famille vieillissante dont il s’occupera.

En 2004, au regard de son engagement sans faille pour la nation pendant plus de 40 ans il est promu officier de la Légion d’Honneur.

En Ardèche il s’attache à transmettre ses passions et ses valeurs à ses 4 enfants, 10 petits-enfants et 5 arrières petits-enfants qui apprécient notamment les récits de ses exploits lors de ses campagnes.

Charles Avias nous a quittés le 23 octobre 2022. Son parcours militaire, de 1949 à 1986, pendant lequel il a combattu sur deux continents lors de deux guerres où ses actions en zones de combats furent cités à 5 reprises, est riche d’engagement. Ses affectations sur des postes d’instruction sont elles aussi toutes autant méritoires notamment dans la transmission du devoir de mémoire au profit des jeunes. Ce parcours émérite qu’il a su aussi partager avec sa famille ainsi que ses valeurs constituent un exemple pour tous.



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.