Les actualités de la SMLH

Covid-19- Nos Bonnes pratiques- Témoignage n°3. Journée "ordinaire" d’une sociétaire active et attentive à ses concitoyens

Première adjointe au maire de Courthézon (Vaucluse) et déléguée à l’Action sociale, sociétaire de la Société des membres de la Légion d’honneur (SMLH), Marité Lemaire organise l’aide directe et l’écoute de proximité. Une mission plus que jamais essentielle dans cette période de crise.

Dans votre commune du Vaucluse de 5 600 habitants, comment s’organisent l’entraide et la solidarité ?

Nous sommes mobilisés et disponibles pour les personnes de tous âges, seules et souvent démunies qui souffrent particulièrement en cette période de crise. Les collaboratrices du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) sont en effervescence, joignables toute la journée par téléphone. Le public y est accueilli, avec toutes les précautions en vigueur, sur rendez-vous exceptionnel. De mon côté, je téléphone à toutes les personnes âgées de la commune, en difficulté physique ou morale, pour prendre de leurs nouvelles et surtout, préserver le lien social, si crucial. Aide physique pour faire des courses, pour joindre la famille à leur place ou pour bavarder, tout simplement… L’aide à domicile et le portage des repas continuent, en partenariat avec l’ADMR (Aide à Domicile en Milieu Rural). Dans le CCAS, depuis la fermeture de La Poste, il y a aussi une agence postale communale qui fonctionne grâce à des salariées de l’action sociale, un projet dont je suis fière pour l’avoir soutenu avec une grande objectivité.

Quelles situations vous ont particulièrement marquée ces derniers jours ?

Une très jeune femme a téléphoné au CCAS pour demander de l’aide car elle n’avait plus d’argent pour acheter du lait pour son enfant de 5 mois. Nous avons discuté et rapidement, j’ai préparé un bon pour l’achat de lait bébé pour la pharmacie et un autre bon pour l’achat de produits de première nécessité dans un commerce. Depuis, nous restons en contact. Des gestes simples mais ceux sont les plus importants aujourd’hui ! Je pense aussi à cette dame seule ayant récemment obtenu un logement social grâce au CCAS, qui a confectionné des masques en tissu pour les caissières du supermarché et les commerçants de la ville. Elle n’avait pas d’attestation et je lui en ai délivré pour qu’elle les leur apporte et vive ce beau moment de solidarité avec les intéressés. Il y a aussi cette personne âgée nous a confié une liste de courses pour elle et son mari malade, et qui a ajouté des articles pour ses voisins,  plus jeunes,  qui n’osaient pas nous appeler. Il y a encore cette autre dame qui a téléphoné pour violences conjugales. J’ai aussitôt contacté la police municipale qui a pris contact par sms et la suit désormais…

Vous avez été nommée chevalier de la Légion d’honneur en juillet 2018 ?

J’en suis fière, car cette décoration, qui m’a été remise par le lieutenant-colonel Michel Grange, honore aussi toutes les personnes qui m’ont permis de vivre mon histoire et mon engagement depuis près de 50 ans. Mais cette distinction est avant tout pour moi un ordre de mission, un engagement à poursuivre ce que j’ai toujours fait et au profit des autres et pour ce beau pays.

Et en cette période de pandémie ?

Nous traversons une période effectivement gravissime, incertaine pour beaucoup d’entre nous, notamment pour les plus fragiles. Nous sommes tous déstabilisés, car sortis brutalement de nos zones de confort. Mais cette situation « extraordinaire » est peut-être l’occasion pour chacun de prendre du recul et réfléchir à sa vie. C’est certainement une bonne opportunité de regard sur soi et de regain de solidarité, en famille mais aussi entre tous les citoyens. Je terminerai en recommandant ma lecture du moment. Elle va m’aider dans la vie qui rependra, sans doute autrement, après cette crise. « Les antisèches du Bonheur » de Jonathan Lehmann paru en mars 2020.

Covid-19. Nos Bonnes Pratiques. Témoignage n°2. Bernard Lepers raconte son quotidien de Maire

"Je pensais qu’au bout de douze ans comme premier édile d’un village de 750 habitants à flanc de colline, entre Amiens et la baie de Somme, je pourrais céder l’écharpe tricolore au premier adjoint de mon choix."... >

Décès d’un grand chasseur alpin

Le général de corps d’armée (2S) Gérard d'Auber de Peyrelongue nous a quittés le 28 mars dernier à l’âge 85 ans, emporté par le Coronavirus ... >

 
31. Disparition de la soprano Mady Mesplé

Mady Mesplé, grand officier de la Légion d'honneur et membre de la section de la Haut-Garonne, est décédée le 30 mai. 

Elle était âgée de 89 ans.

Mady Mesplé a débuté sa carrière à Toulouse, puis elle a chanté à la Monnaie de Bruxelles et à l'Opéra de Lyon où elle brille dans Les contes d'Hoffmann, d’Offenbach. Elle chantera également Les contes d'Hoffmann à Paris, en décembre 1975. Elle a également chanté des airs de compositeurs contemporains, comme Pierre Boulez ou Betsy Jolas.

7516. Disparition de Liliane Esrail, rescapée d’Auschwitz Birkenau

Liliane Esrail, haute personnalité de la section du 16e arrondissement de Paris, est décédée le 1er mai dernier à l’âge de 96 ans.

Sa vie, son parcours exceptionnel et émouvant resteront le symbole de la tragédie du siècle dernier.

Elle était l'épouse de Raphaël Esrail, commandeur de la Légion d'honneur, président de l'Union des déportés d'Auschwitz.

Lors de ses obsèques qui ont eu lieu le 12 mai dernier (Cathédrale Saint Louis des Invalides) le général Christophe de Saint Chamas, gouverneur des Invalides, a retracé le si poignant parcours d'exception de Liliane Esrail et de son mari qui, avant d'être transportés tous les deux dans le même convoi pour Auschwitz, s'étaient rencontrés au camp de Drancy.

 

67. Disparition du professeur Francis Rapp

Francis Rapp, professeur émérite de l’Université de Strasbourg, membre de la section du Bas-Rhin, a été emporté le 29 mars à l’âge de 93 ans par le Covid-19. Grand spécialiste de l’histoire médiévale, du Saint Empire romain germanique, de la Réforme et de l’histoire religieuse en Alsace, brillant chercheur et pédagogue hors pair, il était membre de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

 

94. Disparition du neveu du général de Gaulle

Le Père François de Gaulle est décédé le 2 avril dans sa 99e année.

Officier de la Légion d’honneur, il était membre de la section du Val-de-Marne.

Le Père François de Gaulle était né le 13 février 1922 à Montceau-les-Mines (71), et demeurait à l'EHPAD des Pères Blancs à Bry-sur-Marne (94).

Neveu du général de Gaulle, il avait rejoint la Société des missionnaires d'Afrique (les Pères Blancs) en 1940. Ses études de théologie au séminaire de Thibar en Tunisie avaient été interrompues par la guerre où il avait été incorporé comme aspirant artilleur.

Dans le dernier bulletin de décembre 2019 de la section du Val-de-Marne, il racontait la bataille d'Italie et la remontée vers le Rhin...

En 1950, il devient missionnaire en Haute Volta (Burkina Fasso) où il va passer quarante-cinq ans et où l'on se souvient encore bien de lui et de ses actions notamment en faveur des femmes.

Depuis 2008, il était rentré en France, à la Maison des Pères Blancs de Bry -qu'il avait fait construire alors qu'il était Econome Provincial des Pères Blancs- et participait régulièrement aux activités locales de la section.

 

 

85. Disparition de Jacques Oudin

Jacques Oudin, sénateur de la Vendée de 1986 à 2004, membre de la section, est décédé le 21 mars 2020 à Paris. Il a fait de sa vie un parcours politique exemplaire. Lauréat du Concours général en 1957, diplômé d’HEC et de l’IEP de Paris, ancien élève de l’ENA, il a intégré la Cour des comptes en 1966 puis il a été successivement nommé au Commissariat général du Plan et au ministère de l’Industrie.

Particulièrement reconnu pour son sens de l’Etat, son engagement à servir la France, et sa grande compétence, il a donné une grande partie de sa vie au service de la Vendée et de l’île de Noirmoutier qu’il affectionnait, et où il aimait se retrouver dans la maison familiale avec ses enfants et petits-enfants. Il fut Conseiller général du canton de Noirmoutier en l’Ile de 1976 à 2015.

Il a beaucoup œuvré pour le désenclavement routier de l’île et du département, et il s’est fortement engagé en faveur de la protection du littoral et de la préservation de l’eau. Il fut président du Comité national de l’eau en 2003.

La Vendée perd un de ses grands hommes politiques auquel la section souhaite rendre hommage.

 

92. Disparition

Albert Uderzo, officier de la Légion d'honneur, membre de la section de Neuilly-sur-Seine, est décédé. Il avait 92 ans. 

Coauteur de la bande dessinée Astérix et Obélix, il avait notamment travaillé pour les journaux France-Soir et France Dimanche.

Soutien

La Croix-Rouge lance un numéro de téléphone unique pour du soutien psychologique et un service bénévole de livraison solidaire de première nécessité aux personnes vulnérables et confinées à domicile.

Un seul numéro : 09 70 28 30 00

Décès d'un grand'croix de la Légion d'honneur

Lyonnais, Pierre Truche vient de s’éteindre à 90 ans dans sa ville, la nuit du 20 au 21 mars. Humaniste distingué, il a consacré quarante ans au monde de la Justice. Arras, Dijon, Lyon et Paris ont connu « ce magistrat d’exception » comme le dit l’un de ses successeurs lyonnais, qui l’a accompagné en 1987 lors du procès Barbie, Jean-Olivier Viout. Alliant le sens de l’éthique et celui de la dignité humaine, le souci de déontologie et les droits de l’accusé, Il est considéré comme une figure de la Justice. À la cour d’Appel de Paris, à celle de Cassation qu’il a présidée de 1996 à 1999 et à la Commission nationale de déontologie de la Sécurité, Pierre Truche a toujours su faire preuve d’humilité et de sens de l’engagement. Un ensemble de vertus et de comportements reconnu par la Nation, en lui attribuant la dignité de Grand’croix en 2016.

33.

Lors de l’assemblée annuelle du comité de Bordeaux-Caudéran, au Kyriad Prestige de Mérignac,  le colonel Christian Braun et l’ensemble du bureau ont été réélus. Le colonel Braun a ensuite accroché au mur de l’établissement une plaque indiquant l’attachement du comité au lieu de ses réunions, en présence de la directrice du Kyriad et des participants. Ainsi, la marque de la SMLH figure parmi les indications des associations qui privilégient cette entreprise pour la qualité de son accueil et l’excellence de ses prestations. Le colonel André Dulou était présent pour cette manifestation.

 

29S

Dernier survivant finistérien de la première Division française libre, Alexis Le Gall est décédé à 97 ans à Douarnenez. Pendant sa retraite il n’aura de cesse de témoigner auprès de la jeunesse de son parcours de Français libre. Il publie en 2017 « Les clochards de la gloire », témoignage  retraçant ses cinq années passées au sein des Forces Françaises Libres.

TOUTES LES BREVES...


Nous sommes le 03-06-2020 et il est 22:11 - V2